23/08/2016

Bruxelles, le 23 août 2016 - 1 bébé* sur 2 reçoit des antibiotiques et 4 bébés sur 10 sont traités contre les affections respiratoires. Pour sa première édition, le KidOscope, le baromètre de la santé des enfants, révèle une propension préoccupante à surmédicaliser certaines maladies infantiles. Quels sont les médicaments les plus fréquemment consommés par nos enfants ? Sont-ils toujours bien indiqués ? Les Mutualités Libres se sont penchées sur la question !

Les médicaments font partie de notre quotidien, ils ont apporté d’immenses progrès thérapeutiques et ont permis de repousser les limites de la longévité humaine. Mais ce que l’on sait moins, c’est que les médicaments sont pris quasi dès le premier biberon ! 3 bébés sur 4 reçoivent en effet au moins un médicament dans l’année. C’est là un des résultats les plus surprenants de la première édition du KidOscope, le baromètre de la santé des enfants, publié par les Mutualités Libres. Mais ce n’est pas le constat le plus préoccupant, voyez plutôt !

  • 1 bébé sur 2 (47%) consomme au moins une fois dans l’année un antibiotique. En moyenne, un bébé reçoit 3 boîtes d’antibiotiques par an, et ce alors que les campagnes visant à réduire l’utilisation d’antibiotiques n’ont jamais été aussi nombreuses. Une tendance particulièrement préoccupante que l’on constate également chez les 3 à 6 ans. Ce n’est qu’après l’âge de 6 ans que le recours aux antibiotiques diminue : il concerne alors 25% des 6-18 ans, ce qui reste toujours élevé.
  • Tout aussi interpellant : près de 4 bébés sur 10 (38 %) reçoivent des médicaments bronchodilatateurs (aérosols…), et ce pendant une durée moyenne de 31 jours. La première année de vie est une période à risque élevé de problèmes respiratoires. Mais il est utile de rappeler à ce propos que ces médicaments prescrits de manière importante chez les bébés ne sont pas indiqués dans les formes simples de bronchiolite aiguë du nourrisson. Infection virale saisonnière et souvent bénigne, la bronchiolite aiguë ne nécessite généralement rien de plus que des soins du nez.

Des risques de santé à retardement

Alors que la résistance aux antibiotiques est un défi de santé publique mondial, le nombre de bébés soignés par antibiotiques reste encore trop élevé en Belgique. La prescription d’antibiotiques est donc trop automatique, ces médicaments étant parfois utilisés à mauvais escient pour traiter des infections virales saisonnières.

Des études ont par ailleurs montré qu’en plus de favoriser le développement de germes résistants aux traitements, l’abus d’antibiotiques chez les tout-petits pourrait contribuer au risque de développer ultérieurement des maladies chroniques comme l’obésité et l’asthme, en modifiant durablement la flore intestinale. Il est donc essentiel de poursuivre - et même d’intensifier - les efforts en vue de réduire la consommation globale d’antibiotiques dans notre pays. En Belgique, on utilise en effet près de 3 fois plus d’antibiotiques qu’aux Pays-Bas et 2 fois plus qu’en Allemagne !

Pour les Mutualités Libres, il est aussi nécessaire d’adopter des directives d’utilisation des antibiotiques pour des maladies infantiles courantes, en préconisant un usage limité de ces traitements lorsque leur nécessité a bien été démontrée. L’Inami a publié en juin 2016 un rapport récapitulatif sur l’usage rationnel des antibiotiques prescrits en ambulatoire à l’intention des professionnels de la santé, il spécifie dans quelles situations cliniques ces médicaments sont utiles, à quelle dose et quelle fréquence.

KidOscope : la santé de nos enfants à la loupe !

La Belgique compte 2,3 millions d’enfants de 0 à 18 ans. Parce qu’une gestion responsable de la santé publique commence dès la naissance, les Mutualités Libres ont décidé de scanner périodiquement les données santé qui concernent les enfants, par thème et par catégories d’âges. Parce que nos enfants sont notre avenir et les maintenir en bonne santé notre devoir !

  • Retrouvez les résultats complets du KidOscope sur www.kidoscope.be
  • CADEAU ! A l’occasion de la publication du 1er volet du KidOscope, les Mutualités Libres offrent une toise aux futurs parents, à commander gratuitement sur le site www.kidoscope.be (jusqu’à épuisement du stock)

Contact presse : Karima Amrous

Tél : 02 778 94 33 · 0474 32 14 46 - Email : karima.amrous@mloz.be