Les Mutualités Libres continuent à plaider pour des modifications de la réglementation en assurance obligatoire et suggèrent de nouvelles initiatives.

Devant le manque de suivi des conseils de prévention :

  • Rappeler au public, chaque année, l’existence du “trajet de soins buccaux”, qui récompense les comportements préventifs (une visite annuelle chez le dentiste permet de bénéficier de meilleurs remboursements).
  • Mener des campagnes de sensibilisation sur l’hygiène dentaire ciblées par publics : enfants, femmes enceintes, jeunes adultes, personnes âgées, malades chroniques. Il conviendrait aussi de promouvoir des projets-pilotes adressés aux publics qui ne vont pas (ou moins) chez le dentiste (personnes précarisées, jeunes de 18 à 30 ans, personnes âgées et handicapées).
  • Renforcer les initiatives permettant d’accroître les connaissances et la capacité d’action des patients sur leur santé en général et leur santé bucco-dentaire en particulier. Les mutualités ont un rôle à jouer à ce niveau mais aussi bien sûr les praticiens de l’art dentaire qui doivent être encouragés à bien informer les patients, petits et grands, sur les conséquences d’une mauvaise santé dentaire. Il pourrait d’ailleurs être pertinent d’ajouter un volet “littératie en santé” dans l’accréditation des dentistes.

Pour favoriser l’accessibilité financière des soins dentaires:

  • Mieux communiquer sur les tarifs conventionnés pour les soins courants par le biais de différents canaux comme les sites internet et magazines des mutualités. Rappelons que pour toute question concernant le statut de conventionnement du prestataire et/ou son horaire de conventionnement, le public peut consulter le site internet de l’INAMI.
  • Encourager le patient à dialoguer avec son dentiste afin que celui-ci lui remette, par écrit, une proposition de plan de traitement accompagné d’une estimation des coûts (distinguant le ticket modérateur, la partie à charge de la mutuelle, les suppléments…) avant un traitement onéreux tel que l’orthodontie et la pose de prothèses. L’objectif est d’éviter l’insécurité tarifaire pour le patient.
  • Revoir la nomenclature et les honoraires des soins dentaires, et les adapter à la réalité d’aujourd’hui, en majorant les honoraires de certains actes mais aussi en diminuant (ou supprimant) d’autres.
  • Soutenir la reconnaissance des hygiénistes dentaires qui pourraient prendre en charge certains soins préventifs à des tarifs intéressants (adaptation de l’AR 78 sur les professions de la santé).

 

Opinion parue dans le magazine Health Forum de juin 2017 

Thématiques